En collaboration avec la Maîtrise Ste. Cécile de la Cathédrale Notre-Dame de Luxembourg

A l’occasion de son 175e anniversaire la Maîtrise de la Cathédrale de Luxembourg et Luxembourg Music Publishers ont pris l’initiative commune de publier une série de compositions importantes des chefs de choeurs successifs de la Maîtrise. Il s’agit de Pol Albrecht, Pierre Aloysius Barthel, Jean – Pierre Beicht, Jean – Pierre Schmit  et Nicolas Schuh, des personnages importants de la vie culturelle luxembourgeoise de l’époque, malheureusement pas encore, ou très peu publiés. Le seul à ne pas être représenté dans cette série est Laurent Menager dont les oeuvres envisagées sont déjà publiées dans une autre édition. Le premier a être publié sera Heinrich Oberhoffer (1824-1885), avec Messe in F-dur, Regina coeli et Weihegesang, dans les 2 versions originales TTBB / transcription SATB, et TTBB / transcription SATB et orgue.

Heinrich Oberhoffer est fils d’enseignant, sacristain et organiste dans le quartier de Trèves Pfalzel. Il a appris les rudiments de l’orgue probablement de son père, puis a poursuivi comme autodidacte. Après avoir suivi l’enseignement du collège des enseignants à Brühl, Oberhoffer a travaillé en tant qu’enseignant à Schweich et Trèves, et occupa également à temps partiel le poste d’organiste à la Gervasiuskirche. En 1856, il devint professeur de musique à l’école normale (l’institut de formation des enseignants) au Luxembourg et à côté, servit comme organiste à l’Eglise des Rédemptoristes. Le 1er août 1866, il prit la succession de l’organiste Troes à la cathédrale. En 1868 Oberhoffer a adopté la nationalité luxembourgeoise. Au cours des années 1862 à 1873, il édite le magazine de musique sacrée « Cecilia », puis créa le premier journal du diocèse de Luxembourg. 

Comme compositeur de musique et éditeur, il était connu bien au-delà des frontières de l’Allemagne de l’Ouest et du Luxembourg, ses hymnes ont été chantés au Luxembourg et dans une grande partie de l’Allemagne jusque dans la seconde moitié du 20e siècle.

Déjà en 1864 Oberhoffer avait été admis à l’Accademia di Santa Cecilia papale dans la section des compositeurs sous le numéro de membre 4484e. Cerrtaines de ses œuvres telles son Te Deum ont été applaudis par Franz Liszt; témoignages également de sa notoriété d’organiste furent e.a. l’invitation au concert inaugural de l’orgue Merklin à la basilique Saint-Epvre à Nancy, où se produisaient également Anton Bruckner, Charles Renaud de Vilbac (Paris) et Théophile Stern (Strasbourg). (Source Wikipedia)

Chaque mois, un autre chef de choeur sera à l’honneur.